“Mélanie a dit oui”, Jean-Claude Bourgeon

La Brodeuse de Mots est heureuse d’accompagner Jean-Claude Bourgeon dans la concrétisation de son projet de livre “Mélanie a dit oui” – Guerre, Résistance en Haute-Bretagne, aventures humaines, témoignages et révélations, ouvrage de près de 1000 pages, disponibilité prévue : avril 2022. Réservations auprès de l’auteur (mail sur demande) ou auprès de la Mairie de Messac.

L’auteur :​ Jean-Claude Bourgeon est né à Messac (35) en 1942, il est auteur, contributeur et illustrateur de publications se rapportant aux  arts et traditions populaires, à l’histoire, à l’archéologie, au patrimoine.

Le livre : Fruit de longues recherches ce document se nourrit des confidences de plus de 300 témoins : Français, Américains, Anglais, Canadiens, Belges, Allemands.

“Mélanie a dit oui” – Guerre et Résistance en Haute-Bretagne, aventures humaines, témoignages et révélations. Préface du Dr Pierre Morel, Résistant, Grand Officier de la Légion d’Honneur.

“Mélanie a dit oui”, ce titre était l’indicatif de reconnaissance du groupe Mortier rattaché à Libération-Nord, à Oscar Parson Buckmaster et au Special Operations Executive.

Au-delà des faits de guerre et de résistance, ce récit restitue la singulière  aventure humaine d’aviateurs alliés abattus, cachés, évadés, de Résistants, de Réfractaires femmes et hommes ordinaires épris de liberté, le Train de Langeais ultime convoi de déportation, Charly  malgré-nous alsacien sauveur de 241 prisonniers, l’Affaire du Café de l’Epoque, Sam, Indien le plus décoré des Etats-Unis, Pete providentiel pilote, l’évasion vers l’Espagne de Norman son copilote à travers la France, les Pyrénées gelées, celles de Pierre jeune Résistant, la dramatique destinée de déportés : Marguerite, Madeleine, Simone, Jean, Gaston, Ginette, Roger, Michèle, Paulette, John, Bernard…

Messac, bourgade à mi-chemin entre Rennes et Redon. Lorsqu’elle s’est trouvée menacée ou opprimée la population s’est toujours rebellée.

Juin 40, banhofs, soldats et officiers allemands occupent la gare et le pays. Dès l’invasion, l’esprit de Résistance se réveille. Plusieurs groupes se constituent, ils vont agir secrètement.

Le Général Marcel Allard, futur chef des zones M2 puis M4 pour l’Armée Secrète, n’a aucune attache à Messac. Au grand étonnement de sa famille il y acquiert une propriété discrète, base future de son action résistante. Son épouse et sa belle-fille seront déportées.

Déjà à la période révolutionnaire, les paysans avaient mis à sac le château de Bœuvres.

1961, de vigoureux affrontements sur fond de crise paysanne opposent cultivateurs et CRS.

Lorsque en 1978 quelques technocrates entreprennent de fermer la gare et de détruire la desserte ferroviaire la population se soulève, des centaines de trains seront arrêtés et la gare sauvée. Ici, résistance n’est pas un mot futile.

* * *

Le texte m’a beaucoup intéressée par sa précision et sa concision. J’ai été formée à cette période par Serge Ravanel et Raymond Aubrac qui m’ont toujours expliqué que la Résistance avait été locale. C’est bien ce que vous démontrez.”

Laurence Thibault, Présidente de Liberté Mémoire, Jury du Prix littéraire de la Résistance

* * *

Voilà un ouvrage remarquable sur la Résistance. Une véritable encyclopédie, un travail indispensable fruit d’un investissement considérable et d’autant plus précieux que la plupart des témoins ont disparu. Ce livre d’Histoire, servi par une belle plume, se lit aussi comme un roman tant il y a de rebondissements.

Jean Bourgeon, Historien. Prix de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire.

* * *

———————-

Photo Jean-Claude Bourgeon : Mémorial de La Courrouze, source.

Vous pourriez également aimer...